RÉTROSPECTIVE : En 1969, seules sept salles voûtées avaient survécu à la démolition et à l'abandon pendant plusieurs siècles. Il a fallu en premier tracer le chemin d'accès à travers bois, le tailler à flanc de colline au bulldozer, et par endroits faire sauter le rocher à la dynamite.

Par la suite, pendant quatre ans, nous avons dallé le chemin d'accès, long de 450 m sur 4 m de large. Nous allions trier les pierres à la rivière, nous les montions par camion puis nous les posions sur un radier de 20 cm d'épaisseur. Vinrent ensuite les travaux de débroussaillage, de déboisage (Remerciements à un voisin bénévole René DUROURE) , de déblaiement des parties basses enfouies sous les décombres.

Ces travaux spectaculaires et ingrats ont pu être réalisés grâce au courage et à la ténacité des anciens bénévoles. Aujourd'hui il ne reste que quelques photographies pour attester de ce travail titanesque. Des lors, le château émergeant de sa gangue de végétation parasite, il nous était possible de poser les premiers équipements. Nous avons tiré une ligne électrique de la vallée.

Quant à l'eau, la pression du réseau communal étant trop faible pour acheminer l'eau en haut du château, nous avons dû investir dans un sur-presseur. L'eau reste rare au château et il convient à tous de l'économiser. Les travaux de consolidation et de restauration furent menés en parallèle, aidés par des professionnels rémunérés par l'association. Nous avons pu restituer les étages, fabriquer portes et fenêtres. L'édifice étant soumis à des normes de sécurité, il était indispensable de percer des portes supplémentaires pour faire communiquer les pièces entre elles et de faire sur chaque plancher une dalle pare feu.

 

 

 

[ Webmaster ] - [ Contact ] - [ Presse ] - [ Liens utiles ] -